Examiner son dossier médical à la maison, c’est possible !

Examiner son dossier médical à la maison, c’est possible !

L’application web myUZ destinée aux patients de l’UZ Leuven (Hôpital universitaire de Louvain), illustre parfaitement le nombre infini d’applications d’une carte d’identité électronique (eID). myUZ permet à l’hôpital de vous fournir des informations sur mesure, en fonction des données incluses dans votre dossier médical.

Des rendez-vous bien organisés
L’application myUZ doit avant tout garantir une communication optimale entre l’hôpital et le patient. Depuis votre domicile, vous pouvez parfaitement regarder quels sont les rendez-vous ou les examens qui ont été planifiés pour vous, avec tous les détails concernant l’endroit et l’horaire. Tout cela grâce à votre eID. Et pour les distraits, une option permet d’envoyer un e-mail de rappel pour ne pas rater le rendez-vous. L’objectif n’est pas non plus de déplacer vous-même des rendez-vous.

En ligne directe
Un canal de messagerie sécurisé permet sans problème de communiquer directement avec l’UZ Leuven, par exemple à propos des factures ou pour modifier des données administratives.

Support au traitement thérapeutique
En outre, l’application web s’avère très utile dans le cadre de traitements déterminés. Le répertoire de documents contient en effet des informations sur les symptômes ou le traitement de votre maladie sous la forme de brochures, films, photos et présentations. Ces informations sont complétées en cours de traitement, selon un timing approprié.

En outre, chaque patient dispose d’un livre de bord numérique où il complète lui-même certaines valeurs ou ajoute des notes. Un journal de bord permet au patient et à son médecin d’avoir un meilleur regard sur la maladie ou le traitement. Enfin, le médecin peut également demander au patient de compléter des questionnaires portant sur les scores de douleur.

Chez le médecin traitant
De plus en plus de cabinets médicaux font appel à l’eID pour offrir un meilleur service à leurs patients et gagner du temps. Comme mentionné plus haut, cela leur permet d’examiner votre dossier médical. Par ailleurs, de nombreux cabinets utilisent l’eID pour gérer leur calendrier de rendez-vous.

L’entreprise belge Zetes dote l’eID d’une nouvelle génération de logiciel

L’entreprise belge Zetes dote l’eID d’une nouvelle génération de logiciel

Zetes est une entreprise belge qui a gagné ses galons dans le secteur de l’identification de marchandises, mais elle produit également les eID, permis de conduire, passeports, etc. Il y a une dizaine d’années, Zetes a décidé de se diversifier et de s’investir également dans le hardware et le software permettant l’identification des personnes. « Combiner l’eID au logiciel approprié va nous faire gagner énormément de temps », prédit Tom De Paepe de Zetes.

Plus de rapidité
Les applications de l’eID sont gigantesques. « La fonction la plus évidente de l’eID est sans aucun doute de transmettre plus rapidement des données », explique Tom De Paepe. « À l’heure actuelle, de très nombreuses données personnelles sont encore copiées manuellement, avec toutes les erreurs que cela implique. » L’eID associée au bon software évite ce type de problème. Une application utilisée en ce moment par la plupart des pharmaciens l’illustre très bien. À l’aide de l’eID de son client, le pharmacien recherche les informations dans une base de données. Aucune information supplémentaire n’est stockée sur la puce. Pour ce type d’application ou lorsque l’eID fait office de carte de client, le code PIN n’est pas nécessaire. L’eID se suffit à elle-même.

L’eID en tant que clé
« Vous devez considérer votre eID comme un code d’identification unique ou une clé », explique Tom De Paepe. « Lorsque vous vous introduisez sur un site déterminé, vous avez besoin d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe. Eh bien l’eID fait office de nom d’utilisateur et le code PIN, de mot de passe », poursuit-il. De cette manière, il est possible de communiquer en toute sécurité avec les autorités ou des instances privées qui ont implémenté cette technologie, par exemple pour remplir votre déclaration d’impôt sur tax-on-web.

Signature électronique
Pour signer des documents officiels en ligne, il vous faut une signature électronique. Zetes s’intéresse également à la question. « Nous avons converti le procédé de signature réelle en un support numérique indépendant de toute plateforme, afin que vous puissiez par exemple signer un contrat d’assurance directement via votre tablette ou un appareil fixe ou mobile. » Mais il faudra encore un peu de patience, étant donné que les tablettes ne permettent pas encore de connecter un lecteur de cartes.

Référence
L’objectif est que Zetes devienne une sorte d’Ogone de la signature en ligne. Tom De Paepe nous explique : « Ogone est aujourd’hui la référence par excellence lorsqu’il s’agit de paiement en ligne : les consommateurs font confiance à cette marque lorsqu’ils font un achat en ligne. C’est aussi notre ambition pour Zetes : devenir la référence dans le domaine de la signature en ligne. Car le marché n’en est encore qu’à ses balbutiements. Mais avec la croissance exponentielle des applications de l’eID, il faut un partenaire de confiance. »

Vous avez oublié votre code PIN ? Pas de souci !

Vous avez oublié votre code PIN ? Pas de souci !

Votre eID fonctionne à l’aide d’un code PIN. Ce qui est typique avec ce genre de code, c’est qu’on a tendance à l’oublier. Pas de panique, il est possible de récupérer ou modifier son code PIN en quelques étapes.

Choisir soi-même son code PIN
Le code PIN de votre carte d’identité électronique est renseigné dans le courrier que vous envoie votre administration communale pour vous inviter à venir chercher votre eID. Lorsque vous prenez possession de votre eID, il est alors conseillé de modifier votre code PIN en une combinaison de chiffres que vous retiendrez facilement. Vous pouvez aller jusqu’à 16 chiffres. Mais attention : votre code PIN est personnel. Ne choisissez pas une combinaison de chiffres trop évidente, comme votre date de naissance, et gardez toujours votre code strictement secret. Car quiconque connaît votre code, peut traiter en votre nom sur internet, à condition d’être en possession de votre eID, naturellement.

Code oublié
Petit inconvénient de la numérisation de notre monde : le nombre de mots de passe et de codes PIN ne cesse d’augmenter. Bien sûr, il est toujours possible de créer un fichier Excel sécurisé pour y conserver ces codes ou de confier cette tâche à une app. Mais il n’est jamais exclu de perdre ou oublier un code.

Pas de PIN, mais un PUK
Si vous introduisez à trois reprises un code erroné, la micro puce va se bloquer. Dans ce cas, vous devez vous adresser au service Population de votre lieu de résidence principal. N’oubliez pas de vous munir du document original avec le code PUK. Ce dernier vous permettra de débloquer ou modifier votre code PIN au service Population.

Ni PIN, ni PUK
Si vous n’avez ni code PIN, ni code PUK, il vous reste deux options. Vous pouvez soit redemander ces codes au service Population de votre lieu de résidence principal, soit les demander en ligne via le site web du SPF Intérieur. Les codes sont alors envoyés dans un délai de trois semaines à votre administration communale, et celle-ci vous prévient dès qu’ils sont disponibles. S’il n’était pas indispensable de vous déplacer pour en faire la demande, vous devrez cette fois vous rendre au service Population afin de coupler votre nouveau code PIN à votre eID.

Aucun souci à se faire : l’eID contient un minimum d’informations

Aucun souci à se faire : l’eID contient un minimum d’informations

C’est bien beau, ce nombre infini d’applications de l’eID. Mais qu’en est-il de la sécurité de ces données ? Peut-on présumer qu’il n’y a pas de violation de la vie privée lorsqu’on signe des documents en ligne ? Les abus sont-ils possibles si une personne utilise l’eID d’une autre ?

Sur la carte

La réponse est très simple : la puce de votre eID ne contient aucune autre information que ce que l’on peut déjà lire sur la carte elle-même, plus l’adresse. Si l’adresse ne figure pas sur la carte, c’est pour éviter de devoir demander une nouvelle carte d’identité à chaque déménagement. Par ailleurs, la puce contient quelques certificats permettant de s’identifier et s’authentifier en tant que citoyen. Ces certificats sont indispensables pour pouvoir utiliser les différentes applications eID.

Informations sensibles

Quiconque dispose d’un lecteur de cartes, peut lire les données de votre eID. Mais ces données ne permettent pas d’accéder aux informations sensibles qui sont nécessaires pour les applications en ligne. Pour cela, il faut disposer des certificats et du code PIN. Ensemble, ceux-ci constituent la preuve irréfutable de votre identité et ils associent votre identité à votre carte. En outre, les certificats et les clés combinés à votre code PIN confirment également l’authenticité de votre signature électronique.

Code secret

Étant donné que votre code PIN est nécessaire pour prouver votre identité électronique dans le cadre d’applications en ligne, il est fondamental que ce code PIN reste strictement secret. Ne choisissez pas une combinaison de chiffres trop évidente comme votre année de naissance ou celle de vos proches. Ne notez certainement pas ce code PIN sur votre carte.

Fraude à l’identité

En Belgique, vous pouvez partiellement vous protéger vous-même contre la fraude à l’identité. En cas de vol de votre eID, vous pouvez la bloquer via Docstop (www.docstop.be). La police peut également demander au helpdesk du Registre national de bloquer votre eID. Des questions de contrôle peuvent également vous être posées lorsque vous demandez une nouvelle carte. Ainsi, personne d’autre que vous ne peut demander une nouvelle eID en votre nom.

L’eID facilite le travail d’étudiant

L’eID facilite le travail d’étudiant

Pas assez d’argent de poche ou besoin urgent d’un nouveau smartphone ? Vite, un job d’étudiant ! Les étudiants peuvent gagner de jolies sommes étant donné qu’ils peuvent travailler 50 jours en bénéficiant d’une réduction des cotisations sociales. Mais comment garder à l’œil que l’on ne dépasse pas 50 jours de travail par an ?

Pratique

L’application en ligne Student@work – 50 days aide les étudiants à vérifier le nombre de jours qu’ils peuvent encore prester à un taux de cotisations sociales réduit. Mais avant tout, Student@work leur donne un aperçu de tous les jobs d’étudiant déjà prestés pour lesquels ils ont eu un contrat d’étudiant. En outre, cette application web des plus pratiques délivre des attestations pour les employeurs. Il suffit de montrer cette attestation à l’employeur pour qu’il sache combien de jours il peut encore embaucher l’étudiant à un tarif avantageux.

Avec ou sans eID

Se loguer sur le site web à l’aide de l’eID offre de nombreux avantages. Student@work est connecté à l’eBox, une boîte aux lettres électronique personnelle grâce à laquelle l’étudiant reçoit tous les documents électroniques émanant des administrations de la sécurité sociale. Cette boîte aux lettres ne s’ouvre que via l’eID ou un token. Mais outre l’aperçu des jobs d’étudiant et l’attestation qu’il peut créer pour l’employeur, l’étudiant retrouve les éléments suivants :

  • Les employeurs auprès desquels il a eu des contrats d’étudiant ;
  • Les périodes qui sont prévues dans son contrat d’étudiant ;
  • La manière dont le nombre de jours restants est calculé.

Student@work – 50 days montre donc toutes les informations relatives aux 50 jours de travail maximum qui peuvent être prestés. On n’y retrouve rien concernant le salaire, la fonction, la durée, le lieu et toutes sortes de choses qui se trouvent dans le contrat de travail.

Plus d’infos : www.mysocialsecurity.be/student.

Plus...

No more posts to load.